Samedi 9 janvier 6 09 /01 /Jan 18:02

morasz fm2-05, anaxis santé.
dans une hipothèse de développement psychogénétique optimal, une bonne partie de la violence fondamentale va se trouver intégrée progressivement dans un fonctionnement de type préconscient.
ce pur instinct de conservation va ainsi servir la vie fantasmatique en mettant son énergie au service des courants libidinaux et de l'activité de symbolisation.
mais cette hypothèse heureuse n'est pas le seul destin possible de cette pulsionnalité.
trois modalités d'intégration de la violence fondamentale :
1 la violence fondamentale s'intègre en se mettant au service des pulsions libidinale, courants amoureux, etc...
2 soit la violence fondamentale devient organisatrice de la personnalité.
a l'inverse de l'hypothèse précédente, ce qui va entrainer son pervertissement.

3 soit le sujet va tenter a égale distance l'imaginaire violent et l'imaginaire génital.
ce sont des tendances globales.
il existe des violences relevant d'un choix délibéré ou d'une interaction normale.
la distinction entre la violence et l'agressivité.
la violence dépend de l'effet produit sur la victime
ce qui importe c'est que quelque chose fasse violence.
une pulsion primaire, destinée a soutenir l'instinct de survie, ne visant personne en particulier.
c'est un mouvement défensif.
l'agressivité dépend quant a elle de l'intention de l'acteur.
ce qui importe c'est le but visé par celui qui agit.
une pulsion secondaire, liée a un plaisir a attaquer ou a nuire, visant l'autre en tant que sujet.
c'est un mouvement d'attaque.
nous avons une tendance naturelle a surtout percevoir l'agressivité, alors qu'en fait, la très grande majorité des situations conflictuelles ont une base issue de la violence fondamentale.
l'approche relationnelle des situations conflictuelles se situe en contre pied de cette tendance naturelle. elle repose en effet sur un repérage et une verbalisation prioritaire de la violence fondamentale.
définition de la violence :
il y a violence quand, dans une situation d'interaction un ou plusieurs acteurs agissent de manière directe ou indirecte, massée ou distribuée, en portant atteinte a un ou plusieurs autres, a des degrés variables soit dans leur intégrité physique, soit dans leur intégrité morale, soit dans leurs possessions, soit dans leurs participations symboliques et culturelles. 
définition de l'agressivité :
tendances ou ensemble de tendances, qui s'actualisent dans des conduites fantasmatiques, celles ci visant a nuire a autrui, a le détruire, le contraindre, a humilier ...
les contre attitudes aggravantes. 
la confrontation a la violence génère des réactions psychologiques de différents types.
des réactions de désorganisations 
peur
stress
angoisse
panique
sidération
confusion
traumatisme
crispation, rigidité, réactivité, perte du jeu relationnel, agressivité réactionnelle.
ces réactions psychologiques naturelles peuvent nous pousser a adopter des contres attitudes aggravant l'intensification de la violence telles que :
la fermeture relationnelle
le fonctionnement en miroir
l'augmentation tensionnelle
l'agressivité réactionnelle 
la perte de la distanciation 
une difficulté a écouter
une tendance a répondre sur la forme plus que sur le fond
l'utilisation de message inefficaces voire paradoxaux
toutes ces réactions entretiennent la dynamique d'escalade propre a la relation agressive
il est nécessaire de les connaître pour pouvoir, en repérant leur apparition, s'en dégager afin d'adopter un positionnement plus apaisant et plus efficace.
l'engagement et l'avancée dans la phase d'intensification peuvent se traduire par des signes :
les signes précurseurs de la crise :
verbaux :
augmentation du volume, changement de ton, tutoiement, insultes, menaces, raccourcissement des phrases, bégaiement, parfois arrêt de la parole.
comportementaux :
rapprochement physique, agitation posturale, impulsivité croissante, rougeur, transpiration, visage tendu, raidissement des membres, gestes violent contre des objets, va et vient.
psychologique :
agressivité plus nette, angoisse, état dépressif, colère, confusion, perte de la notion de temps.
la violence est une interaction en 6 phases, 
1 activation
2 intensificatioon 
3 crise
4 récupération 
5 stabilisation
6 élaboration
quelles sont les différents types d'agression et de violence auxquels nous sommes confrontés ?
au travail et dans la vie courante, (les plus fréquentes et les plus graves.).
les différentes formes de violence.
agression active physique : coups et blessures et coups envers un substitut
verbale : insultes et médisances
psychique : harcèlement moral et exposition au stress.
agression passive : empêcher un comportement de la victime, refus de s'engager dans un comportement, mutisme et refus d'acquiescer, refus d'aide et exposition passive au danger.
 
 

Par richard bazenet
Ecrire un commentaire - Voir les 17 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus